36 heures plus tard : “La ville de Rouen est clairement polluée” (Agnès Buzyn, ministre de la santé)


Toujours un petit temps de réaction...


Après 36 heures de déni, le gouvernement reconnait enfin que la ville de Rouen est polluée suite à l’incendie qui s’est déclaré dans la nuit du mercredi à jeudi 26 septembre sur le site de l’usine de Lubrizol, classée Seveso seuil haut (sites industriels présentant des risques d’accidents majeurs). 

Agnès Buzyn, ministre de la santé, a déclaré vendredi soir lors d’une conférence de presse :

Il y a eu hier en raison des fumées un certain nombre de personnes incommodées, une cinquantaine d’appels au samu qui n’ont pas nécessités de déplacement. Les gens ressentaient des irritations, des maux de tête mais sont restés chez eux. [Il y a eu] une cinquantaine de passage aux urgences, dont cinq personnes hospitalisées qui étaient des personnes fragiles qui souffraient de troubles respiratoires antérieurs et qui ont été incommodés par les irritants présents dans la fumée.”

De nombreux habitants de Rouen portaient des masques, ce jeudi et vendredi, en raison de la fumée persistante et de ses retombées, qui provoque chez certains nausées et vomissements.

“Ensuite il y a des suies, poursuit la ministre, donc la ville est clairement polluée. Ces suies, il faut imaginer cela comme… une pollution, heu… comme des galettes de goudron sur les plages. Si on voit des galettes de goudron sur les plages, on demandera aux enfants de ne pas les toucher et de se laver les mains. Eh bien, c’est la même chose que nous demandons aux riverains aujourd’hui, c’est à dire : de nettoyer ces suies, ces galettes, ces saletés visuellement très repérables en prenant des précautions, notamment en mettant des gants, en lavant à grande eau. Et nous demandons à ce que les enfants ne touchent pas ces produits parce qu’il y a potentiellement des hydrocarbures, comme c’est une usine qui produit des hydrocarbures, même s’ils ne sont pas en grande quantité, même s’ils sont très proches des seuils, ça n’est jamais bon pour la population de toucher ce genre de produits.

Le PDG de Lubrizol France, Frédéric Henry, s’est de son côté dit être « très étonné de voir un incendie qui se déclare en pleine nuit, dans un endroit où il n’y a personne. Je m’interroge ». Il dit n’écarter aucune hypothèse pouvant expliquer cet incendie, qui aurait selon lui, démarré près d’une clôture.

https://www.facebook.com/lavraiedemocratie/videos/521877321948429/

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de