Yaku Perez, “l’éco-socialisme indigéniste” au service de la CIA – Ben Norton


Traduit par Les 2 Rives

Le candidat équatorien à la présidence, Yaku Perez, a soutenu des coups d’État en Bolivie, au Brésil, au Venezuela et au Nicaragua. La campagne de son parti écologiste Pachakutik, soutenu par les États-Unis et supposé “de gauche”, est promue par des lobbyistes d’entreprise de droite.


L’élection présidentielle du 7 février en Équateur s’est terminée sur une surprise : le décompte rapide publié par le Conseil national électoral du pays semblait montrer qu’un candidat peu connu nommé Yaku Pérez Guartambel occupait la deuxième place, remportant une courte victoire sur le candidat de droite Guillermo Lasso, un banquier ayant une grande influence dans le pays.

La plupart des sondages avaient prédit une course présidentielle qui se résumait à deux candidats, qui ne pouvaient être plus différents : d’un côté, le banquier conservateur Lasso, qui avait le soutien des élites équatoriennes et des États-Unis, qui s’étaient déjà présentés, sans succès, à deux reprises à la présidence avant celle-ci ; de l’autre, un jeune économiste de gauche, Andres Arauz, qui suit les traces de l’ancien président socialiste Rafael Correa et qui veut revenir à sa Révolution citoyenne.

Mais alors que les sondages le plaçaient régulièrement en troisième position, Yaku Pérez est resté dans la course jusqu’à la fin. Et, contrairement à Lasso, Pérez n’a jamais fait preuve de loyauté envers la droite ; il se présentait à ce qui avait été présenté comme une campagne progressiste et écologiste.

Pérez, un leader indigène du parti Pachakutik, prétendant être la véritable option de gauche aux élections, critique Arrauz et le mouvement correiste qu’il représente comme n’étant pas assez pur. Mais la trajectoire politique de Pérez suggère qu’il est un cheval de Troie pour les ennemis les plus implacables de la gauche.

Perez a attaqué avec virulence d’autres mouvements d’Amérique latine, il a soutenu les coups d’État américains [ou tentatives, NdT] contre la Bolivie, le Brésil, le Venezuela et le Nicaragua, tout en accusant ces gouvernements d’être “racistes”.

Sa vision politique fusionne les critiques anarchistes d’ultra-gauche des gouvernements de gauche existants avec un programme politique objectivement de droite. Et son opposition au pouvoir de l’État est profondément opportuniste. Si M. Perez est très critique à l’égard de la Chine, il a également déclaré qu’il “n’y réfléchira pas à deux fois” avant de signer un accord commercial avec les États-Unis.

L’idéologie apparemment progressiste de Perez est pleine de contradictions. Alors qu’Arauz, le candidat correiste, a proposé de donner des chèques de 1 000 dollars à un million de familles ouvrières, Perez a attaqué ce plan au motif que les citoyens pauvres dépenseraient tout l’argent en bière le même jour.

LIRE LA SUITE

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

©2021 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account