C'était donc bien un coup d'État

Source : Les 2 rives


Le rapport de la mission d’observation électorale de l’OEA pour les élections du 20 octobre 2019 en Bolivie, qui a servi à l’opposition pour générer un coup d’État contre le président Evo Morales, présentait de graves lacunes, a conclu une enquête indépendante.

L’étude d’experts basée sur un examen approfondi des données électorales boliviennes, qui a été publiée dimanche dans le New York Times, suggère que l’analyse initiale de l’Organisation des États américains (OEA), qui a soulevé des doutes sur la fraude électorale présumée, était erronée.

“Nous avons examiné de près les preuves statistiques de l’OEA et avons trouvé des problèmes avec leurs méthodes”, a déclaré Francisco Rodriguez, un économiste qui enseigne les études latino-américaines à l’Université de Tulane, selon le rapport du New York Times.

“Une fois que nous aurons corrigé ces problèmes, les résultats de l’OEA disparaîtront, ne laissant aucune preuve statistique de fraude”, a-t-il déclaré.

Lire la suite de l’article ici.

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS
Partagez l'info

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Avlula
2 mois il y a

Faudra demander à Mr.Sam maisa priori comme ce n’est pas randomisé et double-aveugle ça ne vaut pas grand chose face à la parole du consensus de l’OEA.