Une leçon de pluralisme

Auteur :

Incroyable mais vrai. La radio RMC, appartenant au même groupe que BFM, a proposé un sondage en ligne et un sujet d’émission : « selon vous la France va-t-elle mieux depuis l’élection d’Emmanuel Macron ? »  Au vue du climat social que traverse notre pays, du jamais vu sous la Vème République, cette question peut paraître déjà un brin provocatrice. Mais à cette question, les deux animateurs de l’émission répondent oui. Mieux encore, le sondage proposé ne permet que deux réponses à la question : un simple « oui » , et un « oui, mais les Français ne s’en rendent pas compte ! » 

La radio RMC, du groupe NextRadioTV propriétaire également de BFM, propose chaque midi une émission intitulée Brunet & Neumann, du nom de ses deux animateurs.

« Un Show et deux personnalités radicalement opposées » selon BFM & RMC

Selon son jingle, les deux compères « présentent la même émission, mais ne sont d’accord sur (presque) rien » ! Ici le mot presque a son importance. Ainsi, la radio a pris l’habitude sur ses réseaux sociaux de publier un sondage quelques temps avant l’émission, annonçant le thème de celle-ci, incitant les internautes à voter et montrant les divergences d’opinion des animateurs.

Il y a deux jours, mardi 28 janvier 2020, le sondage et le thème était le suivant : Selon vous la France va-t-elle mieux depuis l’élection d’Emmanuel Macron ? Un sujet qui semble coller à l’actualité puisque la veille, le Ministre de l’économie Bruno Le Maire s’était vanté des bons résultats 2019 de la politique économique française, et des bons chiffres du chômage. Pour Éric Brunet, la réponse à la question est clairement « oui » ! Pour Laurent Neumann, la réponse est « oui mais les Français ne s’en rendent pas compte. » Pas de possibilité de voter par la négative à ce sondage !

Pour celles et ceux qui douteraient de la véracité de ce sondage, la page de l’émission et le podcast sont accessibles ici.

Nous pouvons aussi nous interroger sur la pertinence même de cette question. Qu’est-ce que veut dire exactement aller mieux ? Sur quels critères va-t-on objectivement évaluer un tel paramètre ? Pour en avoir le cœur net, nous avons écouté l’émission. Plongée au cœur d’un milieu déconnecté du quotidien de l’immense majorité des Français.

Tout va très bien, Madame la Marquise

Après avoir subit une publicité sur des investissements financiers appelés turbo warrants, Éric Brunet introduit tout d’abord : « Je voudrais que vous écoutiez bien, mais bien, bien, bien, concentrez -vous, asseyez-vous, concentrez-vous, sur ce que dit Bruno Le Maire ».

Un résumé de deux minutes sur les principales déclarations du Ministre est alors diffusé. Pour Bruno Lemaire, après quasiment trois ans de quinquennat du Président de la République Emmanuel Macron, « c’est bien de faire le point ». La France affiche 1.3% de croissance, soit la meilleure de la zone euro. Plus de 260.000 emplois auraient été créés en 2019, et près de 90.000 seraient attendus au premier semestre 2020, le tout selon l’Insee. Enfin, le taux de chômage serait à un niveau des plus faibles, depuis ces quinze dernières années. « Moi j’en tire une conclusion simple, la politique économique que nous menons depuis près de trois ans donne des résultats. Elle donne des résultats pour les Français, elle augmente leur pouvoir d’achat, elle fait enfin baisser le chômage, ce qui est le vrai problème économique et social de notre pays » conclut ainsi le Ministre.

Éric Brunet enchaîne alors très vite : « Eh bah je trouve ça fascinant. Parce que, mon Laurent, à la radio, à la TV, partout, on tend le micro à des gens qui se roulent par terre, qui disent que c’est la catastrophe, qu’on meurt de faim. Que c’est l’apocalypse ! Ça a été le cas avec certains Gilets Jaunes qui étaient parfois caricaturaux. C’est le cas aussi avec, pardon de le dire, certains syndicalistes qu’on a beaucoup trop entendu à mon avis ces dernières semaines. La France c’est pas que ça. Je dis pas qu’il n’y a pas de souffrance, pas de pauvre. Je dis qu’elle va mieux. »

Puis c’est au tour de Laurent Neumann de lui répondre. « Alors moi je suis pas fou Éric, et je regarde comme Bruno Le Maire, les chiffres. Oui le chômage baisse, et il est sans doute à son plus bas niveau depuis des années et des années. Oui, la France est redevenue attractive, tout ça est absolument vrai. Et je ne conteste pas ces chiffres. Mais, mais, est-ce que pour autant la France va bien ? Est-ce que pour autant, les Français s’en rendent compte ? […] Tu sais qu’on est moins confiant dans l’avenir que les habitants du Pakistan, de l’Afghanistan, et même de l’Azerbaïdjan, je ne sais pas si tu t’en rends compte. C’est ça le problème qu’on a en France, c’est le moral des Français. Oui il y a indiscutablement des voyants qui sont passés au vert. Je note que les Français ne s’en rendent pas compte que les choses vont mieux, c’est un vrai souci » déclare-t-il.  « Ouais ouais c’est un vrai souci » renchérit alors Brunet.

Une animatrice encourage ensuite les auditeurs à voter pour Éric ou pour Laurent. Un choix cornélien. Vient ensuite le tour d’Isabelle, la première intervenante de l’émission. Énorme surprise, Isabelle défend la politique du Président de la République. Elle commence ainsi : « Rassure-toi Éric, je suis d’accord avec toi ! […] complètement d’accord avec toi ! »

L’émission va défiler ainsi, pendant 45 minutes, insistant sur le fait que les Français devraient avoir confiance en l’avenir et en ces bons chiffres. Ils ne seront jamais mis à mal, ni débattus concrètement. Pourtant, en début d’émission, ils avaient promis de s’engueuler, de se prendre le chou, d’argumenter, de débattre… Ils vont simplement se donner raison mutuellement, et mollement. Les intervenants successifs seront TOUS d’accord avec les animateurs.  Nous sommes parfois à la limite du ces cons de Français qui ne comprennent rien. Laurent Neumann imitera même un Français inquiet : « j’ai peur pour mon avenir… Ouais tu parles, tu parles ! »

« Regardons objectivement les faits, les faits, la France va mieux ! […] Franchement faut être honnête de temps en temps les petits amis ! » Eric Brunet

Objectivement ces bons chiffres du chômage peuvent être un minimum débattus. Par exemple, dans les créations d’emplois évoqués, 84% sont des CDD, considérés comme des emplois précaires. Pour les créations d’entreprises, les chiffres sont aussi à relativiser. Sur les deux dernières années, 300.000 créations d’entreprises sont des auto-entreprises, bien souvent pour des emplois ultra-précaires pour des multinationales étrangères comme Uber ou Deliveroo.

Nous aurions aimé entendre dans cette émission, les professionnels de santé et des hôpitaux. Rappelons que 1.000 médecins hospitaliers et 600 chefs de service, de toute la France, ont donné au Ministère de la Santé une lettre de démission collective le 19 janvier pour demander de nouveaux moyens pour l’hôpital public. Nous aurions aussi aimé entendre les pompiers qui s’affrontent dans les rues avec la Police. Ou encore, les agriculteurs, alors que les suicides augmentent année après année, quelle est leur confiance en l’avenir ? Comment jugent-ils les bons chiffres de l’économie française ? Nous aurions aimé entendre ces retraités de plus en plus nombreux à devoir reprendre un emploi pour subvenir à leur besoin, les gendarmes dont les équipements tombent en ruine, les Français des zones périphériques qui voient les services publiques de proximité disparaître les uns après les autres, etc. En tout cas chez Brunet & Neumann, pas de discussion possible, la France va mieux. Vous êtes juste trop con pour vous en rendre compte.

Le Média pour Tous

 

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS
Partagez l'info

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
4 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Marcel Charest
6 mois il y a

Un journaliste déclara: “Je suis entièrement libre d’écrire ce que je veux. Je ne suis jamais censuré” Son int