Ce poison est PARTOUT


Dans notre monde occidental la publicité semble s’immiscer partout. En plus d’être un désastre environnemental, il s’agit aussi d’une véritable entreprise de lavage de cerveau.

Radio, télévision, courrier, téléphone, ordinateur, rue… La publicité semble avoir pleinement conquis chaque parcelle de notre vie. Et le processus ne va pas en s’arrangeant. Avec les milliards dépensés par les industriels chaque année dans cette activité, la publicité s’attaque à l’environnement mais surtout à nos esprits.

Lourde exposition

Ceux qui regardent encore la télévision ont pu constater l’expansion croissante de la publicité sur nos écrans. Depuis 2012, elle a augmenté de 15% sur TF1 et même de 60% sur M6 ! Sur une heure de télévision nous absorbons en moyenne entre sept et neuf minutes de publicité. Au-delà de la télévision, notre exposition à ce fléau reste considérable. D’après plusieurs études, nous serions confrontés dans une journée à plusieurs milliers de messages commerciaux, sans même nous en rendre compte.

Budget pub

Il faut dire que les vendeurs n’hésitent pas à mettre le paquet dans ce secteur. L’an passé, du petit commerçant aux grands industriels, le budget publicitaire mondial représentait pas moins de 492 milliards d’euros. L’an prochain, il pourrait dépasser les 534 milliards. Les entreprises françaises à elles seules ont dépensé près de 14 milliards d’euros en 2018. Depuis des décennies il augmente d’ailleurs constamment. En quarante ans, le budget pub de l’hexagone a ainsi bondit de cinq milliards d’euros supplémentaires.

La France produit 21 milliards de tracts par an

Au niveau écologique, les réclames représentent, de même, une nuisance certaine. Dans les pays occidentaux, le fleurissement des panneaux publicitaires numériques nécessite une énergie folle. Sur une année, un seul de ces engins consomme, en effet, un peu moins que deux ménages occidentaux moyens. En outre, la France consomme à elle seule 21 milliards de tracts publicitaires par an, ce qui représente un sacrifice de 21 millions d’arbres. Le pire c’est que sur ces 21 milliards de tracts, 18 milliards ne sont pas sollicités et la plupart finissent à la poubelle sans même être lus… Pour couronner le tout, ce business n’hésite pas à exploiter des personnes (souvent âgées) en difficultés sociales.

Intrusion dans la vie privée

Verrons-nous bientôt des publicités personnalisées nous poursuivre dans la rue comme dans le film de science fiction de Terry Gilliam, The Zero Theorem ? Si l’on n’en est pas encore là, la capacité intrusive des annonces dans notre vie privée se fait malgré tout de plus en plus ressentir. À l’heure du tout gratuit, l’importance de nos données personnelles grandit chaque jour. Cette façon de faire permet ainsi d’anticiper nos propres désirs afin de réussir à nous atteindre aisément.

Lavage de cerveau

Au-delà de ces enjeux, la publicité pose également un immense problème sur le message qu’elle véhicule. Elle repose en premier lieu sur un mensonge et une image superficielle d’un produit. Dans le monde de la publicité, les animaux sont heureux qu’on les mange, les banques partagent des valeurs de solidarité et le corps est une marchandise comme une autre. Ce système repose également sur une glorification totale du capitalisme et une course folle à l’individualisme. Acheter devient synonyme de bonheur, de beauté, d’épanouissement.

Consomme et tais-toi

Qu’on le veuille ou non, la publicité influence nos goûts, nos envies, nos comportements. Et le processus peut même entraîner un certain mal-être chez certains. Pensons à la cour d’école où, déjà, l’enfant qui n’aura pas le dernier produit à la mode sera raillé par tous les autres. Pensons également à ces femmes à la plastique parfaite mise en avant par ce système et qui complexeront toutes les autres. Songeons seulement aux milliers de produits dont nous n’avons pas besoin que la publicité et la pression sociale nous font acheter chaque année…

Gloire au conformisme

Même si la publicité semble s’adresser à l’individu en lui vantant les bienfaits de sortir du lot, elle participe en réalité à un conformisme absolu. Pire encore, elle n’hésite pas à détourner des causes nobles dans ses spots afin de vendre toujours plus. C’est particulièrement le cas dans ce qu’on appelle le greenwashing ; ce phénomène qui consiste à faire semblant d’être concerné par la cause environnementale dans le seul but de faire plus d’argent.

Assez ou encore ?

Si les chaînes pourraient faire marche arrière devant la concurrence des plateformes sans pub comme Netflix, la lutte contre la publicité reviendra d’abord aux citoyens. Plusieurs collectifs anti-pub ont d’ailleurs vu le jour ces dernières années. Certains d’entre eux mènent déjà d’ailleurs des actions dans les villes pour éteindre les panneaux publicitaires. D’autres se contentent de gestes simples mais essentiels, comme déposer un autocollant anti-pub sur leur boite aux lettres. Rappelons à toutes fins utiles que le Média pour Tous ne doit aucun de ses revenus à la publicité ni à un quelconque sponsor. Notre indépendance ne repose que sur vous.

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS
Partagez l'info

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments