Le président de la République, rattrapé par la crise des Gilets jaunes, veut frapper fort, après ce nouveau samedi noir sur les Champs-Elysées. Parmi les mesures attendues, une possible interdiction de manifester sur l’avenue.

« On fera des annonces… quand elles seront décidées. Cela mérite un peu de travail, et surtout pas de la précipitation », expliquait-on dimanche soir pour justifier le silence prudent d’Édouard Philippe et de Christophe Castaner à l’issue de la réunion de crise organisée à Matignon. Rien de précis pour le moment, donc, malgré les « décisions fortes » réclamées la veille au soir par Emmanuel Macron pour répondre au saccage, samedi, des Champs-Élysées pendant la manifestation des Gilets jaunes.

Le Premier ministre se rendra ce lundi matin à 11h30 à l’Elysée pour faire des propositions au chef de l’Etat. Elles devraient effectivement déboucher dans la foulée par des annonces à la hauteur de la crise. Plus concrètement, il s’agirait, selon nos informations, d’interdire d’accès certains secteurs comme les Champs-Elysées, en les sanctuarisant. Bref, le président a décidé de frapper fort : « Maintenant c’est terminé. J’insiste pour que ce type de scène ne puisse plus se reproduire, notamment sur cette avenue », a-t-il tonné, visiblement remonté, auprès ses équipes.

Ces mesures fortes – doublées d’un renforcement musclé des forces de l’ordre – seront-elles suffisantes pour répondre à l’exaspération grandissante des Français devant ces actes répétés (et surtout leur retour fracassant samedi) ? Mais aussi face à la pression de l’opposition qui, depuis ce week-end, accuse le gouvernement de laxisme.

Dimanche, les adversaires, souvent privés de munitions par l’Elysée, ont en tout cas saisi la balle au bond. Pour François-Xavier Bellamy, la tête de liste LR aux Européennes, « ce gouvernement a failli » et ne « fait plus respecter l’ordre public ». Olivier Faure, le patron du PS, a reproché à la majorité « de ne pas faire son travail ». « Dire qu’il y a encore quelques semaines, au moment de l’élaboration de la loi anticasseurs, on nous accusait d’être liberticides… », ironise un proche de Macron, qui attend justement que cette loi soit promulguée – après son examen devant le Conseil constitutionnel – pour ouvrir de nouveaux leviers d’action contre ce genre de violences. « Si cette loi avait été effective, elle aurait été très utile, notamment pour éloigner des activistes et contrôler les éventuels ports d’armes », embraie Matignon, en rejetant clairement l’idée de passer par un nouveau texte législatif après ce samedi noir.

«Castaner a la pression pour samedi prochain»

Reste que la pression est maximale sur les épaules d’Emmanuel Macron. Lui qui pensait avoir repris la main ces dernières semaines grâce à son Grand débat national, se retrouve de nouveau au pied du mur. Rattrapé par la crise des gilets jaunes. Un président qui est même apparu à contretemps de l’actualité, en s’affichant au ski dans les Pyrénées à la Mongie, pendant qu’une partie de Paris était littéralement en feu. Avant de revenir précipitamment dans la soirée pour participer à une cellule de crise. « Franchement, cette image au ski, on aurait vraiment pu s’en passer. Ce n’était pas utile », reproche un poids lourd de la majorité.

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

©2019 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account