Deux jours après le discours d’Emmanuel Macron en France, le socialiste espagnol Pedro Sanchez a annoncé une augmentation du salaire minimum par décret. Le Commissaire européen Pierre Moscovici a immédiatement réagi.

Après avoir annoncé au début du mois de décembre qu’il présenterait son budget en janvier prochain, Pedro Sanchez, le Premier ministre espagnol, a révélé le 12 décembre le calendrier de sa mesure phare. Dès le 21 décembre, il augmentera par décret le salaire minimum de 22%, le portant ainsi à 1 050 euros bruts mensuels l’an prochain.

Le lendemain, depuis le Sénat français où il était auditionné par les représentants de la commission des finances et de celle des affaires européennes, le commissaire européen Pierre Moscovici a estimé que cette hausse devait être «compatible» avec les équilibres budgétaires et «proportionnée» à la productivité du pays.

Prévenant une accusation d’ingérence, Pierre Moscovici a ajouté : «Le rôle de la Commission tel que je le conçois n’est pas de mettre les mains sous le capot des politiques économiques des Etats membres. Nous n’avons pas à juger». Mais il aussi estimé que cela n’empêchait pas la Commission européenne de faire des remarques «à travers les recommandations spécifiques par pays sur la politique économique suivie».

Selon le projet de budget espagnol publié en octobre, cette mesure coûtera 340 millions d’euros à l’Etat. Elle a été durement critiquée par l’opposition de droite, mais soutenue par le parti de gauche radicale Podemos.

En France, deux jours plus tôt, le président de la République, Emmanuel Macron, avait lui aussi annoncé des mesures en faveur des salariés payés au SMIC. Le SMIC ne sera pas précisément augmenté mais une revalorisation annuelle devrait le porter légèrement au-dessus de la barre des 1 500 euros brut pour une durée de travail calculée sur 35 heures hebdomadaires.

Revalorisation des salaires minimums : une tendance générale en Europe
Les salariés payés au SMIC recevront en moyenne 70 euros mensuels de prime à l’emploi. Elle sera entièrement financée par le budget de l’Etat «sans qu’il n’en coûte rien à leur employeur», selon l’expression employée par Emmanuel Macron lors de son «adresse à la Nation» prononcée le 10 décembre.

22 des Etats de l’Union européenne disposent d’une législation sur le salaire minimum qui varie de 261 euros en Bulgarie à 1 999 euros au Luxembourg, selon les dernières statistiques publiées par Eurostat. Selon les modes de calcul retenus par l’institut européen, la France arrive en cinquième position. Au sein de l’union, l’augmentation du salaire minimum au-delà du rythme de l’inflation est une tendance généralisée, en particulier dans les pays où il est le plus faible.

Source RT France – lire la suite de l’article

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

©2019 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales | Plan du site

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account