Le NYT dénigre un journaliste et qualifie le coup d’État de 2014 en Ukraine de « théorie du complot »


Publié le 15 avril 2022 sur Multipolarista.com, traduit par arretsurinfo.ch

NDLR : Benjamin Norton est un journaliste américain indépendant, fondateur du média Multipolarista, il s’est spécialisé dans la politique internationale. Il est basé en Amérique du Sud. Vous pouvez le suivre sur Twitter.


Le New York Times a publié un article me salissant avec des affirmations trompeuses, et a même utilisé une image de mon visage menaçante barrée d’une ligne rouge.

Le journal a rejeté ma déclaration factuelle selon laquelle les États-Unis ont parrainé un violent coup d’État pour renverser le président ukrainien démocratiquement élu Viktor Ianoukovitch en 2014, qualifiant cette vérité objective de « théorie du complot », tout en effaçant de manière trompeuse les preuves accablantes que j’ai présentées.

Ironiquement, le Times lui-même, en 2014, a rapporté certains de ces faits qu’il disqualifie maintenant comme étant une « théorie du complot », comme je le documente dans l’article ci-dessous.

Le travail du Times viole les pratiques journalistiques les plus élémentaires. Le journal ne m’a même pas contacté pour me demander un commentaire, alors qu’il me diffame et publie une photo de mon visage.

Cet article diffamatoire est un exemple des techniques de propagande du journal américain de référence. Et il fait partie d’une campagne manifeste visant à faire avancer la nouvelle guerre froide du gouvernement américain contre la Chine et la Russie.

Le fait que le New York Times collabore étroitement avec l’État de sécurité nationale américain est établi. Le journal a admis publiquement qu’il envoyait des articles sensibles au gouvernement américain pour approbation avant publication, afin de s’assurer que les « responsables de la sécurité nationale » n’ont « aucune inquiétude ».

L’ancien journaliste du New York Times, James Risen a écrit dans un exposé que les rédacteurs en chef du journal sont « tout à fait disposés à coopérer avec le gouvernement » et qu’il existe un « arrangement informel » dans lequel les responsables américains « s’engagent régulièrement dans des négociations discrètes avec la presse pour essayer d’empêcher la publication d’articles sensibles sur la sécurité nationale ».

Le Times a également une longue et peu glorieuse histoire d’attaque des voix anti-guerre aux États-Unis, tout en diffusant des affirmations manifestement fausses de la part de responsables gouvernementaux anonymes pour justifier les guerres de Washington, du Vietnam à l’Irak, de la Libye à la Syrie.

Je n’ai besoin de rappeler à personne le rôle de premier plan joué par le Times dans l’amplification des mensonges sur les prétendues « armes de destruction massive » (ADM) en Irak.

Mais le journal américain a également diffusé de nombreuses fausses nouvelles moins connues, comme lorsqu’il a attribué aux communistes vietnamiens l’incident du golfe du Tonkin, qu’il a prétendu à tort que des soldats irakiens avaient sorti des bébés koweïtiens de leurs couveuses pour les faire mourir, ou qu’il a amplifié le mensonge selon lequel le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi donnait du Viagra à ses soldats et les encourageait à agresser sexuellement les femmes.

Il y a aussi les exemples plus récents où le Times a délibérément propagé la désinformation du gouvernement américain, de la théorie de la conspiration du Russiagate, qui a été démystifiée, au scandale du “Bountygate”, qui a été complètement inventé, en passant par la farce tout aussi ridicule des « fake news » connues sous le nom du “Havana Syndrome” – l’idée étant que l’hystérie de masse dont souffraient les espions américains était secrètement causée par des « armes à micro-ondes » futuristes russes, chinoises et/ou cubaines ou des pistolets à rayons à « énergie radiofréquence ».

Le rapport du journal du 11 avril, intitulé « China’s Echoes of Russia’s Alternate Reality Intensify Around the World« , s’inscrit dans cette même veine propagandiste. L’article a été rédigé par Paul Mozur, Steven Lee Myers et John Liu. Le Times avait apparemment besoin de trois reporters pour publier cette histoire, mais aucun d’entre eux n’a pris la peine de me contacter pour faire un commentaire.

S’il s’agissait d’étudiants dans un cours de journalisme universitaire, ils auraient échoué dans leur mission.

Le directeur de la CIA, William Burns, a confirmé lors d’une audition de la commission sénatoriale du renseignement en mars dernier que Washington est engagé dans une « guerre de l’information » contre la Russie.

L’ancien haut fonctionnaire du département d’État, Eliot A. Cohen, a lui aussi déclaré clairement qu’en Ukraine, « les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN sont engagés dans une guerre par procuration avec la Russie ». Cet article diffamatoire du New York Times doit être compris dans ce contexte :

« Le journal de référence agit comme un outil de guerre de l’information du gouvernement américain, un homme de main de Washington, lançant des attaques néo-mcarthystes contre des journalistes indépendants qui osent contester la ligne de propagande officielle de l’OTAN. »

L’article accuse la Chine d’aider la Russie à amplifier la prétendue « désinformation » sur la guerre en Ukraine. Et il pointe du doigt l’auteur actuel, le journaliste indépendant Benjamin Norton, en qualifiant mes déclarations factuelles de « théories du complot ».

Le journal a publié le passage suivant :

« Les médias d’État russes et chinois se sont également de plus en plus appuyés sur les opinions du même groupe de célébrités, d’experts et d’influenceurs sur Internet, les présentant dans leurs émissions ainsi que dans des vidéos YouTube. L’un d’eux, Benjamin Norton, est un journaliste qui a affirmé qu’un coup d’État parrainé par le gouvernement des États-Unis avait eu lieu en Ukraine en 2014 et que des responsables américains avaient installé les dirigeants du gouvernement ukrainien actuel.

Il a d’abord expliqué cette théorie du complot sur RT, bien qu’elle ait ensuite été reprise par les médias d’État chinois et tweetée par des comptes comme Frontline. Dans une interview réalisée en mars, que le radiodiffuseur d’État chinois, CCTV, a présentée comme une exclusivité, M. Norton a déclaré que les États-Unis, et non la Russie, étaient à blâmer pour l’invasion russe.

« Concernant la situation actuelle en Ukraine, Benjamin a déclaré qu’il ne s’agit pas d’une guerre causée par l’invasion de l’Ukraine par la Russie, mais d’une guerre planifiée et provoquée par les États-Unis dès 2014 », a déclaré un narrateur anonyme de CCTV.

Pour commencer, l’interview spécifique de RT à laquelle le Times fait référence était une discussion que j’ai eue avec le comédien américain de gauche Lee Camp, et elle a en fait été réalisée le 23 février, un jour avant que la Russie n’envahisse l’Ukraine (bien qu’elle n’ait été publiée que le 25 février).

Lee Camp a un long passé de militant dans les mouvements anti-guerre, anti-racistes et écologistes américains. L’idée qu’il était secrètement contrôlé par le Kremlin est absurde.

Pendant des années, Camp n’a cessé de souligner qu’il avait un contrôle éditorial total sur son émission – jusqu’à ce que YouTube efface ses centaines d’épisodes dans le cadre d’une purge autoritaire de journalistes indésirables liés à la Russie.

Le New York Times a déjà dû faire face à des réactions négatives pour avoir diffusé des affirmations ridicules et diffamatoires sur Lee Camp. Ce n’était qu’une question de temps avant qu’il ne s’en prenne à moi, dans sa guerre contre les journalistes indépendants progressistes.

L’affirmation la plus caricaturale et absurde de l’article diffamatoire du Times est l’idée que l’organisation d’un coup d’État par le gouvernement américain en Ukraine est une « théorie de la conspiration » farfelue.

Toute personne vaguement familiarisée avec l’histoire élémentaire de la politique étrangère américaine sait que Washington a parrainé des coups d’État dans le monde entier – de l’Iran en 1953 au Guatemala en 1954, du Congo en 1960 au Brésil en 1964, de l’Indonésie en 1965 au Chili en 1973, d’Haïti en 1991 à Haïti de nouveau en 2004, du Venezuela en 2002 à l’Ukraine (la première fois) en 2004, du Honduras en 2009 à la Bolivie en 2019, et bien d’autres encore.

Mais là encore, le New York Times a une longue histoire d’écho de désinformation de la part de fonctionnaires anonymes du gouvernement américain afin de nier et de blanchir ces coups d’État, il n’est donc peut-être pas surprenant qu’il reste dans le déni du putsch de 2014 soutenu par les États-Unis en Ukraine.

Après m’avoir absurdement accusé de promulguer une « théorie du complot », le Times a intégré une capture d’écran d’un tweet du 11 mars du programme d’information chinois Frontline, avec une image de moi. Le journal a ajouté une ligne rouge, barrant le tweet – et mon visage.

La capture d’écran du New York Times, avec la ligne rouge ajoutée par le journal.

Le Times n’a pas intégré le tweet, de sorte que ses lecteurs n’ont pas pu regarder le clip vidéo pour entendre l’intégralité de mes commentaires.

Lire la suite

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

©2022 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account