L’Assemblée nationale valide le retour des néonicotinoïdes soupçonnés d’être responsables de la disparition des abeilles


Les gros sabots du capitalisme "vert"

Auteur :

Au terme d’un débat houleux, les députés ont donné ce mardi leur feu vert à la réintroduction temporaire des néonicotinoïdes, afin de sauver la filière de la betterave.

À la suite d’un débat animé, l’Assemblée nationale a validé avec 313 voix pour, 158 contre et 56 abstentions, la proposition de loi concernant les néonicotinoïdes. Validé le 6 octobre, le texte a également créé une division au sein de la majorité, seulement 175 membres du parti de Macron sur 271 ont voté en sa faveur.

Les néonicotinoïdes réintroduits, après leur interdiction en 2018

Par la réintroduction des néonicotinoïdes, le gouvernement souhaite sauver la filière sucrière de la betterave affaiblie par la « jaunisse », maladie propagée dans les cultures par des pucerons verts. Or, ces pesticides ont été interdits en 2018, accusés par de nombreuses études scientifiques de tuer les abeilles. Le texte récemment adopté à l’Assemblée nationale, propose une dérogation autorisant leur utilisation jusqu’en 2023, comme le permet le règlement européen sur les phytosanitaires. Au lieu d’être pulvérisé sur les cultures, les semences seront enrobées par ces produits controversés. Le texte prévoit également la création d’un conseil de surveillance et entérine l’interdiction de planter des cultures attirant les abeilles sur les parcelles traitées, afin de limiter leur exposition aux produits.

Une dérogation pour assurer la « souveraineté » de la filière ?

La Confédération générale des planteurs de betteraves (CGB) « salue l’initiative du gouvernement qui s’engage avec courage et ambition pour pérenniser la filière betterave-sucre gravement menacée ». Jean-Baptiste Moreau, député LReM, estime que le projet de loi est une « réponse pragmatique à la situation catastrophique dans laquelle se trouve la filière de la betterave française », confrontée à une « impasse technique monumentale ».

Selon le ministre de l’agriculture Julien Denormandie, c’est la seule alternative possible afin de conserver les emplois, et d’assurer la « souveraineté » agroalimentaire de la filière.

Des années de combats balayés

Parmi les opposants au texte, la député Écologie démocratie solidarité Delphine Batho, estime que ce vote « tourne le dos à des années de travail, à des années de combat avec les apiculteurs […] qui se sont mobilisés pour interdire les néonicotinoïdes ».

Le syndicat Confédération paysanne a tenté d’interpeler les députés sur Twitter en listant dix bonnes raisons de s’opposer à la loi.

Pour le secrétaire national de ce syndicat, Damien Houdebine, le risque est que la betterave devienne « le cheval de Troie » des néonicotinoïdes par enrobage. Il craint en effet le retour de ces pesticides pour d’autres filières agricoles. Même si le ministère de l’Agriculture assure que la dérogation introduite par le projet de loi concerne que la betterave sucrière, rien ne dit dans le texte qu’il ne pourra pas être employé à l’avenir, pour d’autres types de cultures.

COMPRENDRE LES ENJEUX EN 3 MINUTES : 

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
4 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
dominique maillery
7 mois il y a

de toutes façons, quand il n’y aura plus d’abeilles, plus besoin d’emplois, on sera tous morts… j’exagère un peu, mais pas tant que ça….
en plus, ça donne envie de manger du sucre blanc issu de bonnes betteraves sucrières !

théron simone-laure
7 mois il y a

Je suis bio à 100% mais Mme Delphine Batho (certainement Bac +10) n’a pas compris qu’il est inutile d’interdire et qu’elle doit se battre d’une autre façon. C’est le consommateur qu’il faut convaincre de n’acheter que du Bio. C’est lui et lui seul qui a le pouvoir. S’il n’achète pas les produits conventionnels des paysans, bourrés de pesticides, fongicides, herbicides etc… je peux vous assurer que le paysan qui n’a qu’un seul but: VENDRE sa marchandise n’aura plus besoin de pesticides puisqu’il n’aura plus d’acheteurs et il se tournera automatiquement vers la CULTURE BIO. Il en est de même pour… Lire la suite »

Avlula
7 mois il y a

Le syndicat Confédération paysanne a tenté d’interpeler les députés sur Twitter en listant dix bonnes raisons de s’opposer à la loi.

Ben ouais mais c’est illisible, ils pourraient pas écrire en français ?

Jacky ROUVIERE
6 mois il y a

Ecore une exaction de “LREM” !…

©2021 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account