Les premiers insistent pour être reconnus comme des femmes même sans être opérés et les secondes répondent en affirmant qu’une « femme n’a pas de pénis ». Poussé par une logique tyrannique, le mouvement gay, où dominent les homosexuels mâles, veut forcer les lesbiennes a mettre la biologie et le bon sens cul par dessus tête.

Un groupe de femmes portant des teeshirts avec l’inscription « Les lesbiennes sont des femmes » a été expulsé du café du National Theatre de Londres par la police. Quel avait été leur crime contre la pensée ? Le slogan qu’elles portaient sur leur poitrine avait « offensé » un transsexuel travaillant dans le café !

La presse de gauche a pris fait et cause en faveur des trans et a justifié l’expulsion des lesbiennes du National Theatre.

Cette nouvelle péripétie de la guerre entre transexuels et lesbiennes s’est déroulé dans le très chic Green Room Bar du National Theatre le vendredi 5 juillet. Ces femmes sont très remontées contre la prétention des transexuels d’être considérées comme des femmes à part entière alors que pour la plupart restent biologiquement des hommes.

Terrorisée à l’idée d’être dénoncée comme « transphobe », la direction du théâtre a préféré expulser ces femmes qui pourtant ne faisaient qu’énoncer une évidence : les lesbiennes sont des femmes qui aiment les femmes. Le Daily Mail a raconté cette affaire en détail.

Le Théâtre national s’est engagé dans une guerre verbale acerbe avec un groupe de lesbiennes après avoir refusé de leur servir des boissons parce qu’un membre du personnel transsexuel avait été offensé par leurs opinions.

L’épisode a eu lieu dans le bar Green Room du National Theatre après la marché des fiertés homosexuelles londonienne, la London Pride, et la police a été appelée en renfort pour demander aux quinze femmes de quitter les lieux.

Une des participantes, Natasha Read, a manifesté son mécontentement sur sa page Facebook :

«Cette expulsion manu militari faisait suite à une conversation entre le serveur transsexuel du bar et certaines des lesbiennes du groupe qui portaient des t-shirts reprenant la définition du mot lesbienne du dictionnaire.

Natasha Read est une lesbienne qui voit dans la tyrannie des trans une autre forme de domination masculine.

Le résultat est que la police a été appelée par la direction du théâtre pour expulser un groupe de femmes sobres et tranquilles, principalement des lesbiennes, parce qu’elles ont répondu à une question d’un membre du personnel par une réponse qui ne correspondait pas à ses convictions politiques, ni même à la réalité biologique, comme par exemple que les femmes n’ont pas de pénis.

Les trans ont réussi à imposer à la communauté homosexuelle que la biologie est secondaire par rapport à la psychologie. Un homme biologique peut être une femme s’il se ressent ainsi et, s’il se définit comme « lesbienne », il a le droit d’entretenir des relations sexuelles avec des lesbiennes biologiquement femmes, ce qui revient tout bêtement à avoir des relations hétérosexuelles dont ces mêmes lesbiennes biologiques ne veulent pas.

Les t-shirts arborés par ces femmes semblent être une tentative de distinction entre les femmes trans et les lesbiennes et sont un argument qui divise la communauté LGBT.

Les t-shirts controversés se lisent comme suit : «Lesbienne: une femme qui aime d’autres femmes».

Natasha a également expliqué que le membre du personnel trans avait initié la conversation et demandé si l’une des femmes avait participé à l’action «sortez le L» à la London Pride l’année précédente.

Avant de vouloir prendre un verre au National Theatre, ce groupe de militantes lesbiennes avait protesté contre l’idéologie trans qui veut que des enfants prépubères soient « transitionnés ». Comment ne pas les rejoindre dans ce combat ?

Les militantes lesbiennes et féministes s’opposent à ce qu’elles décrivent comme «un mouvement LGBT de plus en plus anti-lesbien et misogyne et contre l’effacement des lesbiennes dans le mouvement gay» sont accusées de transphobie.

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
marley Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
Notifier de
marley
Membre
marley

jerry

©2019 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account