Les "antifas", ou l'intelligence et la finesse en action

Un marché de Noël, une crèche vivante, des enfants, des cantiques, quoi de plus inoffensif et en accord avec la période de Noël que cette symbolique millénaire ? Pour les autoproclamés et ultra-minoritaires “antifas” de Toulouse : tout cela, c’est du fascisme et doit être interdit, manu militari ! C’est ce qu’ont appris, éberlués, les badauds qui traversaient la place Saint Georges à Toulouse ce samedi 14 décembre, où une crèche vivante venait d’être installée.

De quoi s’agit-il ? L’association « Vivre Noël autrement », créée par un groupe d’amis toulousains en 2011, propose « de remettre au centre des festivités de Noël le sens et la tradition de cette fête populaire », expliquent les bénévoles sur leur site internet. Le projet de crèche vivante au centre de Toulouse « offre une mise en scène à ciel ouvert et grandeur nature de la crèche traditionnelle de Noël », en offrant par ailleurs aux enfants des « activités ludiques » et un « spectacle sous forme de scénettes », décrit l’association. Ainsi, samedi 14 décembre, chacun était invité à venir déguisé en santon – ou non – place Saint-Georges, et plusieurs ateliers étaient ouverts afin de satisfaire petits et grands, dans une ambiance familiale et bon enfant le temps d’un samedi après-midi, à l’approche des fêtes. Mais c’était sans compter sur la présence de groupuscules dits “antifascistes”, qui ont décidé de mettre un terme – par la violence et l’injure – à cet inoffensif spectacle.

En effet, à 16h, alors que l’événement se déroulait depuis environ une heure dans une ambiance festive, une cinquantaine d’individus se revendiquant de mouvements “antifascistes” et “anticapitalistes” ont débarqué sur la place afin de perturber l’événement en proférant des injures à l’encontre, notamment, « des flics » et « des fachos », rapporte le journal quotidien « La Dépêche ». « Stop aux fachos ! » scandèrent-ils face à des enfants apeurés, à la suite de quoi l’événement a dû être annulé dans la précipitation. Les enfants sont descendus de l’estrade et les animaux, prêtés pour l’occasion par une ferme solidaire, ont été ramenés à leur enclos. Le public a quitté les lieux, déçu et surpris. Les “antifascistes” ont obtenus gain de cause, en muselant tels des fascistes les protagonistes de ce petit événement festif.

Mais ce n’est pas tout ! Un journaliste du média « Infos – Toulouse » qui couvrait l’événement, s’est vu arracher et détruire son appareil photo par un manifestant ! La grâce de Noël et l’amour de son prochain, probablement, ont guidé la main de cet antifasciste, glorieux combattant de la Haine.



Combattre la haine incarnée par des enfants qui chantent, en assénant coups et injures et en imposant la censure, quoi de plus logique et sain ? Vous doutez du bien fondé de ce raisonnement, lecteurs du Média pour Tous ?

Fachos !

Le Média pour Tous

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

6
Poster un Commentaire

avatar
6 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
6 Auteurs du commentaire
LoriotChrisSergioJulesBakloe Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Chaman Jo
Invité

Chiens ils vont bientôt savoir ce que notre Pays a dans les tripes. Les nouveaux SS ont changé d’habits. Collabos du système ils vont devoir payer et cher. Français n’accepte plus ces infâmes. Lève toi.

Bakloe
Invité
Bakloe

Au lieu de faire peur aux enfants, ces bolchéviques dégénérés devraient employer leur excédent énergétique à venir en aide aux sans abris, 3 morts en une semaine à Toulouse, ils n’ont pas honte ?

Jules
Invité
Jules

En ayant lu qu’ils eurent scandé des slogans j’ai entendu le fameux “A bas la BAC, l’Etat, les flics et les fachos” qu’ils hurlent au lieu d’aller dans leur cours pour après pleurer qu’ils redoublent pour le 4e fois et seront exemptés de bourses.

Sergio
Invité
Sergio

Par qui sont téléguidés ces petites frappes fascistes ?…Le fantasmé fascisme qu’ils “combattent” avec courage et détermination (notons au passage la férocité de leurs ennemis , des enfants innocents et qq animaux tout aussi innocents !…) est bien l’idéologie qu’ils servent avec zèle.
SALAUDS !….
Mais que fait la police ?….à part gazer , matraquer et rouer de coups les G. J !…

Chris
Invité

Ces abrutis sont à gerber. Il serait intéressant de savoir si ces pleutres représentent le mouvement antifa dans son ensemble, ou s’il s’agissait à Toulouse d’antifas ultra type Femen, les bariolages sur la peau en moins.
Un reportage est-il envisageable dans ce milieu ou bien leur refus de tout dialogue est-il total ?

Loriot
Invité
Loriot

En tout cas on a bien sa gueule en photo à ce petit FDP

©2020 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account