Guerre en Ukraine : la version russe – entretien avec Lavrov


Par Al Jazeera, sous-titré par Viktor Dedaj pour Legrandsoir.info

Nous relayons cet entretien du ministre des affaires étrangères russe, Serguei Lavrov, à titre d’information, afin de contribuer avec nos modestes moyens au respect du contradictoire. Ce principe, essentiel en démocratie, qui consiste dans le fait de s’assurer que les deux parties dans un conflit puissent défendre leur cause à égalité de moyens, est aujourd’hui malheureusement totalement bafoué dans la plupart des grands médias français ou même européens. Laissons donc la parole à l’accusé, et faisons ainsi honneur aux valeurs que nous, occidentaux, prétendons défendre. 

Vincent Lapierre


Question : Beaucoup de gens ne croyaient pas vraiment que la Russie allait lancer une opération militaire spéciale en Ukraine. La partie russe a exprimé à plusieurs reprises les raisons, y compris la menace de nature militaro-stratégique de Kiev. Quelles menaces l’Ukraine avait-elle ou pourrait-elle avoir, obligeant la Russie à lancer une opération militaire ?

Sergey Lavrov : Cette histoire remonte à bien plus tôt. Et pas même en 2014, lorsqu’un coup d’État sanglant a été commis en Ukraine avec le soutien de l’Occident, mais au début des années 1990, alors que l’URSS a cessé d’exister. Les dirigeants soviétiques (alors russes) Boris Eltsine et Edouard Chevardnadze se sont vu promettre par leurs collègues occidentaux qu’il n’y aurait pas de tournant géopolitique, que l’OTAN ne profiterait pas de la nouvelle situation et ne déplacerait pas ses infrastructures vers l’est. De plus, elle n’acceptera pas de nouveaux membres. Les archives britanniques ont publié les comptes rendus pertinents des négociations. Une fois de plus, la situation est devenue limpide.

Le président russe Vladimir Poutine s’est exprimé à plusieurs reprises sur cette question dans ses discours publics. Au lieu de tenir sa promesse et de garantir la stabilité en Europe, l’OTAN a entrepris cinq vagues d’expansion vers l’est. De plus, elles se sont toutes accompagnées du déploiement des forces armées des membres de l’alliance dans ces territoires. Ils ont dit que c’était « sur une base temporaire », mais cela s’est rapidement transformé en une base permanente – tout en créant une infrastructure militaire. Aujourd’hui, des États membres neutres de l’UE ou des États comme la Suisse tentent également d’impliquer l’OTAN pour répondre aux besoins. Le projet « Mobilité militaire » oblige l’Autriche, la Suède, la Finlande à fournir des capacités de transport pour que l’OTAN puisse transférer ses forces armées. Le « NATOcentrisme » devient global. L’Union européenne, malgré tous ses slogans sur la nécessité d’une « autonomie stratégique de l’Europe », n’est nullement inspirée par ce thème et accepte parfaitement d’être un « appendice » obéissant de l’Alliance de l’Atlantique Nord.

Cette période s’est accompagnée d’une franche provocation des États post-soviétiques (principalement l’Ukraine) : ils disent qu’il faut décider avec qui on est – avec la Russie ou avec l’Occident. Ils l’on annoncé « frontalement », dès le premier « Maïdan » en 2003, et ce fut également le cas à l’étape suivante, lorsque l’Ukraine de V.F. Ianoukovitch a décidé d’attendre un peu avec la signature de l’accord d’association avec l’Union européenne, parce qu’il contredisait l’accord existant depuis longtemps sur une zone de libre-échange avec la CEI. Viktor Ianoukovitch a compris qu’il était nécessaire d’harmoniser le régime commercial avec la Russie et les autres pays de la CEI et avec l’Europe. C’est pourquoi Bruxelles a organisé le « Maïdan » et les protestations, qui ont abouti à des affrontements sanglants en février 2014.

Ensuite, la « paix » avait déjà été atteinte. Un accord de règlement a été signé avec Viktor Yanukovych. Il a démissionné de tous les pouvoirs et organisé des élections anticipées (qu’il n’aurait pas gagnées). La Pologne, la France et l’Allemagne, qui avaient garanti cet accord, après que l’opposition ait commis un coup d’État et piétiné leurs garanties, sont restées silencieuses, comme on dit, « en loque. » Ils ont même commencé à accueillir les forces qui sont arrivées au pouvoir, en gros, les putschistes. Ces putschistes ont tout d’abord annoncé qu’ils abolissaient le statut spécial de la langue russe en Ukraine, ne voulaient pas voir de Russes en Crimée, et y ont envoyé des bandes armées. Les Criméens ont refusé d’obéir à ceux qui ont commis le coup d’État.

C’est à ce moment-là que tout s’est passé. Tout a commencé à ce moment-là. Des gens qui encourageaient ouvertement les sentiments néo-nazis dans la société, la création d’organisations appropriées défilant aux flambeaux avec des portraits des criminels d’Hitler avec des slogans ouvertement néo-nazis et russophobes sont arrivés au pouvoir. L’Occident a accepté tout cela sans broncher. Beaucoup l’ont même soutenu et encouragé de toutes les manières possibles. Puis le sujet de l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN a commencé. V.A. Zelensky est arrivé au pouvoir sous les slogans de la paix et de la nécessité de sauver des vies humaines, d’empêcher la mort d’Ukrainiens ou de Russes. En fin de compte, il est devenu le même russophobe que le gouvernement de P.A. Porochenko. V.A. Zelensky a qualifié les habitants du Donbass d’ »individus ». Sous le précédent président, le Premier ministre A.P. Yatsenyuk les appelait « non-humains ».

V.A. Zelensky n’a rien fait contre la guerre sanglante en cours contre son propre peuple. En fait, il a menti, promettant de rétablir l’ordre lorsqu’ils ont signé de nombreux accords avec les représentants du Donbass. Il les a violés sans sourciller. Pendant toutes ces huit années, nous avons essayé d’en appeler à la conscience de l’Occident et de raisonner ce régime, qui a acquis tous les traits de l’ultra-radicalisme et du néo-nazisme. L’Occident n’a rien pu faire. Je pense qu’il ne voulait rien faire, car même à l’époque, l’Ukraine (et jusqu’en 2014) était utilisée comme un outil pour contenir la Russie. Toute la situation actuelle s’est développée en raison du fait que l’Occident a refusé de reconnaître l’égalité des droits de la Fédération de Russie dans l’organisation de l’architecture de sécurité européenne.

Cela est confirmé par la réaction des principaux pays de l’OTAN, principalement les États-Unis, aux initiatives que le président Vladimir Poutine a présentées en décembre 2021 sur la nécessité d’appliquer honnêtement ce qui a été convenu. Personne ne doit, même en choisissant ses éventuelles alliances militaires, faire quoi que ce soit qui puisse porter atteinte à la sécurité d’un autre pays. Cet engagement a été approuvé au plus haut niveau, signé par les présidents et chefs de gouvernement des pays de l’OSCE dans le cadre du Conseil OTAN-Russie. L’Occident refuse catégoriquement de s’y conformer. M. Zelensky a déclaré que si la Russie ne cesse pas d’exiger que l’Ukraine remplisse ses obligations, il envisagera alors que l’Ukraine récupère ses armes nucléaires. C’était un peu trop.

Q : Était-ce la chose la plus importante ?

Sergey Lavrov : Non. Tout s’est accumulé. Il y a des gouttes qui font déborder la coupe de la patience. Je suggère de considérer tout ce que j’ai énuméré comme un argument de tous les jours, un phénomène qui nous a convaincus jour après jour que l’Occident avait mis le cap sur l’utilisation de l’Ukraine pour contenir la Russie, pour créer une « anti-Russie », une « ceinture hostile ». Depuis quelques années, l’Ukraine est gavée d’armes, et récemment elle a été particulièrement active. Les Américains et les Britanniques y ont construit des bases militaires et navales, par exemple sur la mer d’Azov. Par l’intermédiaire du Pentagone, des laboratoires biologiques militaires ont été créés afin de poursuivre les expériences sur les bactéries. Ce programme des Américains est classifié. Il existe dans d’autres pays de l’ancienne Union soviétique, tout au long du périmètre de la Fédération de Russie. Le dopage de l’Ukraine avec une composante militaire qui nous est hostile a été très actif. Je vous rappelle que le président de la Russie Vladimir Poutine en a parlé plus d’une fois. En 2014, probablement, rien ne se serait passé, il n’y aurait pas eu de troubles dans l’est de l’Ukraine, il n’y aurait pas eu de référendum en Crimée, si l’accord garanti par les Allemands, les Français et les Polonais avait été appliqué. Mais ils ont montré leur incapacité à forcer Kiev à respecter les signatures des soi-disant « Eurogrands ». Il y a maintenant une conversation sur la façon dont l’Union européenne peut jouer un rôle indépendant dans les efforts pour assurer la sécurité européenne. Je pense que l’Union européenne a joué son principal « rôle » en 2014, lorsqu’elle n’a pas pu la forcer à respecter ses garanties. Un putsch a eu lieu, les putschistes ont déplacé des bandes de militants armés en Crimée, lorsque la Crimée a organisé un référendum et a rejeté les putschistes et s’est réunie avec la Fédération de Russie. C’est la plus grande contribution de l’UE à la sécurité européenne. Si cela ne s’était pas produit en Crimée, si elle était restée ukrainienne, il y aurait maintenant des bases militaires de l’OTAN, ce qui est catégoriquement inacceptable pour la Russie.

Question : L’Ukraine a-t-elle le potentiel de créer des armes nucléaires, une menace pour la Russie ?

Sergey Lavrov : Il existe un potentiel technique et technologique. Le président Vladimir Poutine en a parlé, et nos experts ont également commenté cette situation. Je peux affirmer de manière responsable que nous ne permettrons pas que cela se produise. Le but de l’opération, qui a été annoncée par le président de la Russie Vladimir Poutine et qui se poursuit, est de protéger les gens, principalement dans le Donbass, qui ont été bombardés et tués pendant huit ans en l’absence totale d’attention et de compassion de la part des sociétés occidentales et des médias. De manière générale, ces derniers ont évité de présenter à leurs téléspectateurs et auditeurs ce qui se passe « sur le terrain » et ont cherché à remplacer les reportages objectifs par des accusations infondées à l’encontre de la Russie, selon lesquelles elle ne respecterait pas les accords de Minsk.

Dans le cadre de cette opération militaire spéciale, une tâche claire a été fixée, en tenant compte de l’expérience des dernières décennies après l’effondrement de l’Union soviétique, pour assurer la démilitarisation de l’Ukraine. Des types spécifiques d’armes de frappe qui ne seront jamais déployées ou produites en Ukraine doivent être identifiés. Dans le même temps, la dénazification. Nous ne pouvons pas regarder comment, dans l’Europe moderne, les participants aux cortèges aux flambeaux défilent sous des bannières fascistes, néonazies, comment ils crient (tout comme pendant le « Maïdan » en 2013-2014) : « Moskalyaka na gilyaka », « tuer les Russes, tuer les Moskals » – nous ne pouvons pas.

J’écoute avec stupéfaction les commentaires des politiciens européens, notamment allemands. Ma collègue Anna Berbok a déclaré que, compte tenu de la responsabilité historique dont l’Allemagne est consciente, son pays est tout simplement obligé de fournir des armes à l’Ukraine. Comment comprenez-vous cela ? Que la culpabilité historique et la conscience de la culpabilité historique obligent l’Allemagne à soutenir les néo-nazis ? Cela crée une association un peu étrange. Le chef de la Commission européenne, U. von der Leyen, a déclaré qu’aujourd’hui l’UE et l’Ukraine sont plus proches que jamais. Quelle est l’allusion ? Peut-être est-ce un signal que tant que vous êtes un russophobe, tant que vous êtes un fasciste, tant que vous êtes un néo-nazi, tout vous est permis.

Pouvez-vous vous rappeler une réaction similaire à ce que la Russie fait en Ukraine pour rétablir la justice ? Lorsque des centaines de milliers d’Irakiens, de Libyens, de Syriens dans d’autres pays où les États-Unis, leurs alliés « éclairés » du camp démocratique ont dirigé leurs regards, à des milliers de kilomètres de leurs propres frontières. Un petit « tube à essai » et une déclaration selon laquelle il menaçait les intérêts de sécurité des États-Unis ont suffi à justifier leur invasion de l’Irak. Où est l’Irak et où sont les États-Unis ? Où sont la Libye et les États-Unis ? Non, ils se sentent autorisés à le faire. Aucune structure internationale n’a élevé la voix pour dire qu’il s’agit d’une violation du droit international, d’un déclenchement absolument déraisonnable des hostilités.

Regardez l’hystérie qui s’est déclenchée, comme si elle était programmée, concernant les menaces à la sécurité de la Russie juste à notre frontière. Le fait est que maintenant les États-Unis ont « façonné », comme on dit, l’ensemble du monde occidental, toutes les organisations internationales où l’Occident a des positions décisives, et tentent de prendre en otage les sports et la culture internationale, de ne pas laisser la justice s’exercer dans les affaires internationales, d’entamer une conversation sérieuse sur l’architecture de sécurité en Europe qui garantira l’égalité de tous les États situés ici.

Question : Aviez-vous prévu une telle solidarité entre les pays occidentaux avant que la Russie n’annonce le début de l’opération ?

Sergey Lavrov : Nous étions prêts à tout. Je ne doutais pas que l’UE et, de manière compréhensible, l’OTAN suivraient docilement les États-Unis. Surtout lorsque le sort de Nord Stream 2 est devenu plus clair. Même s’il est redémarré (ce n’est probablement pas à nous d’en décider), mais quoi qu’il en soit, il est déjà clair que Nord Stream 2 a joué un rôle dans l’histoire, car il a clairement montré la place que l’Europe, y compris l’Allemagne, occupe réellement sur la scène mondiale – une place absolument subordonnée et non indépendante.

Je ne pensais pas que ces sanctions, causées par une malice impuissante, engloutiraient le mouvement sportif, les échanges culturels et les contacts entre les personnes. Vous vous souvenez que les années précédentes, lors de l’annonce des sanctions contre les pays arabes et latino-américains, l’Occident n’a cessé de répéter, au moins au Conseil de sécurité, que les sanctions ne visaient pas les gens ordinaires, mais qu’elles avaient pour but de faire en sorte que les dirigeants de l’État concerné ressentent la pression de la communauté mondiale et modifient leur comportement. Aujourd’hui, personne n’en parle plus du tout. Les contacts entre les personnes ont été directement interdits à l’initiative des pays occidentaux, qui ont toujours préconisé qu’il n’y ait aucun obstacle à la communication entre les sociétés civiles. Ils se moquent éperdument de tous leurs principes qui ont été imposés sur la scène internationale, y compris lorsqu’ils ont commencé à saisir les actifs de la Banque centrale de Russie et de nos entreprises privées. Ce n’est que du vol. Ils ont abandonné toutes les règles qui ont été introduites dans la vie internationale depuis plus de 70 ans. Ils ont maintenant simplement rayé ces règles et sont revenus au capitalisme sauvage et gangster de l’époque de la « ruée vers l’or ».

Question : Dans quelle mesure la Russie est-elle capable de résister à cette pression politique et économique dans un avenir proche ?

Sergey Lavrov : Nous sommes capables de résister à toute pression. Si quelqu’un a des doutes à ce sujet, je lui recommande de se familiariser avec l’histoire de la Russie, l’histoire de l’Empire russe, l’histoire de l’Union soviétique et l’histoire de ces épisodes de notre vie où nous avons été envahis par des armées ennemies.

Q : Vous êtes-vous préparé à l’avance à ce scénario ?

Lire la suite

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Jp fleury
4 mois il y a

A choisir voys diffusé ou pas peu m importe juste pour qui de l ombre ou la lumière en sortira vainqueur ‘pour le bien de l humanité et de notre futur’… 🛑

©2022 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account