LE SCAN POLITIQUE – Accusé, en interne, de harcèlement sexuel, le politologue proche de la France Insoumise, reproche à ses dirigeants une dérive autoritaire. Il entame une procédure judiciaire à l’égard du mouvement.

Coup de tonnerre à La France insoumise. Alors qu’il est accusé de harcèlement sexuel en interne, Thomas Guénolé, politologue et intellectuel engagé au sein du mouvement de Jean-Luc Mélenchon, dénonce dans un communiqué le manque de démocratie au sein de l’appareil du mouvement et la dérive autoritaire de ses dirigeants. Il annonce une prise de mesures judiciaires contre La France insoumise. Le mouvement lui reproche de vouloir régler ses comptes.

Mélenchon, «imprévisible et colérique»

Thomas Guénolé vise le premier cercle du mouvement. Jean-Luc Mélenchon, le premier, est dépeint en homme «imprévisiblement colérique», accusé de «gouverner la France insoumise en autocrate», de décider de «tout ce qui compte, en symbiose avec Sophia Chikirou». L’ancienne communicante du leader du mouvement est, elle aussi, épinglée. Thomas Guénolé reproche à la formation son maintien au poste de prestataire pour les européennes, avec son entreprise personnelle Mediascope -toujours soupçonné de surfacturation pendant la présidentielle. «De par sa proximité avec Jean-Luc Mélenchon», elle «risque objectivement une condamnation judiciaire», estime-t-il.

Manuel Bompard, numéro 2 sur la liste et proche parmi les proches de Jean-Luc Mélenchon, est quant à lui qualifié «d’homme de paille et de paratonnerre». «Il n’y a en réalité que deux personnes qui tiennent le mouvement», indique Thomas Guénolé au Figaro. «Jean-Luc Mélenchon et Sophia Chikirou. Manuel Bompard n’est qu’un exécutant qui endosse l’impopularité, mais ne décide pas lui-même».

Un «simulacre de démocratie»

Thomas Guénolé reproche le «simulacre de démocratie interne» au mouvement. «Les réunions internes collégiales de l’appareil du mouvement ne sont qu’une apparence. En réalité, elles sont précédées par des réunions et discussions officieuses en effectif beaucoup plus fermé où tout ce qui compte est déjà décidé. Les discussions de la réunion collégiale plus large sont ensuite cadrées et verrouillées», affirme le politologue. «Quand vous faites partie des cadres et que vous exprimez des critiques, dans des réunions internes c’est comme pisser dans un violon», indique-t-il au Figaro. Il accuse les dirigeants du mouvement de faire pression sur lui pour «pour qu’il retire «spontanément» sa candidature LFI à l’élection européenne». Il annonce, pour conclure, avoir confié à son avocat, Maître Jéremy Afane-Jacquart, «de prendre toutes les mesures judiciaires nécessaires contre l’appareil central du mouvement». Il affirme ne pas avoir prévenu Jean-Luc Mélenchon de son intention, et affirme, pour l’heure, ne pas retirer sa candidature.

Thomas Guénolé accusé de harcèlement sexuel

La réponse de La France insoumise ne se fait pas attendre. «Le comité électoral a reçu un signalement d’une jeune femme dénonçant des faits pouvant s’apparenter à du harcèlement sexuel de la part de Thomas Guénolé», réagit la formation, dans un communiqué. «Nous avons saisi la cellule de veille et de vigilance de la France insoumise. Le dossier était en cours d’instruction. Nous découvrons avec stupeur le communiqué de Thomas Guénolé qui instrumentalise des prétextes politiques pour sa défense».

Le politologue détaille au Figaro avoir été «informé de l’accusation il y a deux semaines». «On s’est servi de l’accusation pour me faire retirer “spontanément” ma candidature», réagit-il. «Je ne sais pas de quoi je suis accusé, car la France insoumise a refusé répétitivement de me communiquer le moindre document m’accusant précisément de quoi que ce soit». Sur Franceinfo jeudi soir, Thomas Guénolé a indiqué qu’il portait plainte contre la jeune femme qui l’accuse pour «dénonciation calomnieuse», en se basant sur des informations obtenues via «une journaliste».

Le chef des troupes Jean-Luc Mélenchon s’est exprimé un peu plus tard dans la matinée sur Twitter. Il a affirmé qu’il «ignorait tout dans cette affaire». «Je n’ai été informé ni de l’existence d’une procédure ni de ses évolutions. Les instances du mouvement ont fonctionné, elles n’avaient ni à m’informer ni à me saisir», a-t-il indiqué. «Thomas Guénolé m’a affirmé son amitié et son soutien à de nombreuses reprises très récentes. Je suis stupéfait qu’il me mette en cause de cette façon», a poursuivi Jean-Luc Mélenchon. Avant de conclure: «Décidément, rien ne me sera épargné».

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

©2019 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales | Plan du site

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account