De mystérieux actes de barbaries sur des chevaux se multiplient à travers la France : le point sur l’affaire


Très glauque

Source : France TV info


Une vingtaine de juments, étalons, poneys et ânes ont été sauvagement mutilés ces derniers mois, un peu partout en France. Avec une recrudescence de ces actes de cruauté depuis le début du mois d’août.

« C’est un geste gratuit sur un être sans défense, c’est inhumain de faire ça. » Le 19 juin, Loïc Crampon, éleveur à Grumesnil (Seine-Maritime), a retrouvé son âne Scipion, âgé de 14 ans, mort dans un champ. Son œil était arraché et son oreille tranchée. Treize jours plus tôt, près de Dieppe, c’est une jument que sa propriétaire a retrouvée agonisante et l’oreille droite coupée net. Au total, sept chevaux et ânes de la région dieppoise ont été agressés entre juin et août.

Mais le département normand n’est pas le seul touché : plusieurs attaques du même genre ont eu lieu depuis le mois de février en France. Un cheval en Moselle, un autre en Vendée, une jument dans le Puy-de-Dôme, une pouliche dans l’Aisne et un poney dans la Somme ont été tués. Les deux derniers cas en date, lundi 24 août, ont été recensés en Eure-et-Loir et dans les Deux-Sèvres.

A chaque fois, les cas se succèdent et se ressemblent : les animaux sont atrocement mutilés, entraînant parfois leur mort. Dans tous les cas, leur oreille droite est soigneusement sectionnée. Franceinfo fait le point sur ce que l’on sait de ce déchaînement macabre et des pistes sur lesquelles travaillent les enquêteurs.

Combien de cas ont été recensés, et depuis quand ?

Il n’y a pas de recensement précis du nombre de cas mais la série a débuté en 2018 et les plaintes se multiplient désormais. Au total, « près d’une vingtaine de cas ont été recensés par les gendarmes de l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique [Oclaesp] de Pontoise, qui coordonne les efforts des unités locales de la gendarmerie enquêtant sur ces faits », indique Le Figaro (article abonnés).

Mais le phénomène s’accélère depuis cet été. Dans la nuit du 1er au 2 août, un poney alezan était retrouvé mort et mutilé en Essonne. Le 8 août, c’est une pouliche de 18 mois qui a été retrouvée « une oreille coupée et un œil arraché, le cœur poignardé et le vagin enlevé » à Cluny (Saône-et-Loire), selon ses propriétaires, pour qui l’animal a été attrapé au lasso.

Ces derniers jours, une jument a subi pareils sévices dans le Jura et un pur-sang a été égorgé dans les Côtes-d’Armor, tandis que des organes étaient prélevés sur un cheval déjà mort dans la Loire.

Des enquêtes sont ouvertes, confiées aux gendarmes locaux appuyés par l’Oclaesp. La Fédération nationale d’équitation a annoncé qu’elle se constituait partie civile pour combattre ces actes barbares, après l’ordre national des vétérinaires. Les fondations Brigitte-Bardot et 30 Millions d’amis comptent également se porter partie civile dans certaines de ces affaires.

Lire la suite de l’article ici.

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

©2021 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account