Comprendre les crises en Haïti


Par Romain Migus pour les 2 Rives

Haïti la belle, la rebelle. Première Nation à se libérer du joug colonialiste pour fonder une république solidaire qui soutiendra les velléités d’indépendance de ses frères latino-américains.

Si les noms de Toussaint Louverture, Jean-Jacques Dessalines ou encore Jean-Bertrand Aristide peuvent encore résonner comme familier en dehors du pays, Haïti est devenu depuis quelques années, trop souvent synonyme de tragédie humanitaire et de catastrophe naturelle pour le plus grand nombre.

Cette tentative de « naturaliser » les problèmes économiques et sociaux a une double conséquence au sein de l’opinion publique internationale. D’une part, elle établit une tendance à s’en remettre au « hasard » ou à « la malchance » pour comprendre l’Histoire récente du pays. Comme conséquence de cette « naturalisation » des « problèmes » de l’ile, aucune cause politique n’est prise en compte au moment d’expliquer les situations de rébellion qui secouent Haïti depuis maintenant quatre ans.

D’autre part, cette absence de référence politique laisse penser que les haïtiens sont incapables de résoudre seuls leurs problèmes économiques et sociaux. Et que, par conséquent, ils auraient besoin de manière récurrente d’une « aide » extérieure, qui, dans l’histoire du pays, s’est de nombreuses fois concrétisée par la violation de la souveraineté haïtienne.

Pourtant, cette image d’Épinal d’un pays martyrisé par la fatalité est venue se fracasser sur l’icône d’un peuple en lutte, dont les mobilisations réunissent plusieurs centaines de milliers de personnes dans les rues du pays.

Comment comprendre alors ce qui se passe en Haïti ? Pourquoi ce noble Peuple continue de se rebeller si leurs malheurs sont dû à l’action d’une force immanente qui leur échapperait ?

Pour saisir ce qui se joue actuellement en Haïti, il faut réinjecter une lecture politique et reprendre la chronologie -au moins la plus récente- des évènements qui explique la colère de la majorité des secteurs du Peuple haïtien.

Un pays dévasté par le libéralisme

Le pays caribéen n’a pas été hermétique au changement économique mondial.  Depuis la fin des années 80, le pays va être dévasté par la lame de fond du néolibéralisme. Le protectionnisme économique qui avait favorisé le développement durable des producteurs agricoles locaux est sacrifié, et les barrières douanières levées. Les produits agricoles subventionnés des États-Unis (et aussi de la République dominicaine) inondent alors le marché haïtien. En quelques années, le pays passe de l’autosuffisance alimentaire à l’importation de 57% de ses denrées agricoles. La question de la faim en Haïti n’est ni une punition divine ni une fatalité naturelle, elle est le résultat de l’imposition des politiques néolibérales par les institutions financières, avec la complicité d’une bourgeoisie compradore disposant de solides relais politiques. Qui plus est, au cours des années 90, de grandes campagnes de privatisations des services publics sont lancées, dépeçant le maigre État haïtien de ses secteurs publics stratégiques essentiels à la construction d’un bien-être social collectif. Le paiement des intérêts de la dette extérieure et les politiques incessantes d’austérité terminèrent de mettre le pays à genoux. Sous la pression des créanciers, l’État haïtien applique des politiques de restriction budgétaire et se désengage progressivement de secteurs clés comme l’éducation ou la santé. Le résultat est sous nos yeux. Haïti est un des pays les plus inégalitaires de la planète où 70% des habitants vivent avec moins de 2 dollars par jour. L’accès à des services comme l’eau et l’électricité est presque devenu un privilège.

LIRE LA SUITE

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Numerobis
1 année il y a

Dessalines et consort ? Celui qui a fait massacrer environs 8 milles hommes, femmes, enfants, bébés, blancs et métis à la peau trop claire ? Vous trouvez ça libérateur ?
Ce pays est tel qu’il est, car rien n’a changé depuis cette époque “de libération”; pour que les choses changent, il faudrait que les gens soient changés.

©2022 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account