Chili : « La démocratie directe peut nous permettre que l’État soit au service du peuple » assure le petit-fils de Salvador Allende


Par Angèle Savino pour Bastamag

Pablo Sepúlveda Allende, petit-fils de Salvador Allende, le président renversé par le coup d’État du général Augusto Pinochet, se présente à l’élection de la Constituante chilienne, obtenue par le mouvement social, qui se tiendra le 16 mai.

Il ne pouvait être absent des élections qui, le 16 mai prochain (lire ci-dessous), doivent envoyer la Constitution d’Augusto Pinochet dans les poubelles de l’histoire. Pablo Sepúlveda Allende, petit-fils de Salvador Allende, le président socialiste du Chili renversé le 11 septembre 1973 par l’armée, se présente dans le district 10 de la capitale, sur la liste « Mouvements sociaux, unité des indépendants ». Né au Mexique en 1976, où il a grandi avec sa famille en exil, il passe son adolescence au Chili avant de reprendre la route pour étudier la médecine à Cuba. Arrivé au Venezuela comme coopérant de la Mission Barrio Adentro, il y pratiquera pendant onze ans. Le choc de la répression subie en 2019 par le mouvement social chilien le ramène au Chili, où il intègre la brigade qui porte secours aux manifestants blessés Installé à Santiago, Pablo Sepúlveda Allende s’investit désormais dans un centre communautaire dédié à la santé mentale.

Le Courrier  : Vous êtes devenu médecin. Souhaitiez-vous suivre le chemin tracé par votre grand-père ?

Pablo Sepúlveda Allende : Au fond, oui, mais ce n’était pas conscient. J’ai été inspiré par sa réflexion sur le lien entre pauvreté et santé. Mon grand-père est devenu ministre de la Santé à la fin des années 1930 après la Grande Dépression. Dans l’introduction de son livre, La réalité médicale sociale chilienne, il explique qu’aucune mesure sanitaire ne sera efficace si nous ne changeons pas les structures économiques et financières du pays. Ce sont les déterminants sociaux de la santé. Ce concept a été rendu visible par la pandémie. « L’inégalité tue », disent-ils dans les débats télévisés, c’est fou, comme s’ils découvraient l’eau chaude ! On ne peut pas parler de santé publique en disant qu’il faut juste améliorer les hôpitaux. Oui, il faut le faire, mais ce n’est qu’un des quatre facteurs déterminants. Le déterminant socio-économique est le plus important, puis viennent les organisations du système de santé, ensuite l’environnement – si une population vit à côté d’une usine, c’est un environnement totalement insalubre – et enfin, le quatrième, c’est votre héritage biologique. Ici, il y a des communes pauvres, où les décès dus au Covid sont cinq ou six fois plus nombreux que dans les municipalités riches, car les gens vivent dans des quartiers surpeuplés, ils ont une mauvaise nutrition, doivent faire la queue dans les hôpitaux, emprunter les transports en commun. Ce sont des conditions matérielles qui font que vous êtes plus susceptibles d’être contaminés.

« Le Chili est le seul pays au monde où l’eau est un bien privé. Le droit fondamental à l’eau doit être consacré dans la Constitution »

Pourquoi avez-vous décidé de présenter votre candidature à la Convention constituante ?

Je voulais parler d’un sujet peu abordé : la renationalisation du cuivre et du lithium. Mon grand-père Salvador Allende a nationalisé le cuivre en 1971. Le 11 juillet prochain, jour de la dignité nationale, on célébrera les 50 ans de la loi de nationalisation. Aujourd’hui, le Chili possède plus de 40 % des réserves mondiales de cuivre, mais elles sont monopolisées par des capitaux privés. Avant la dictature, 30 % du cuivre était transformé au Chili, maintenant nous n’exportons que du concentré de minerai de cuivre. C’est le seul pays au monde où l’eau est un bien privé. Le droit fondamental à l’eau doit être consacré dans la Constitution. Les inégalités qui résultent de sa gestion privée sont sans précédent dans le monde et insoutenables.

LIRE LA SUITE

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

©2021 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account