Dans l’un de ces enregistrements, Alexandre Benalla et Vincent Crase évoquent la destruction des preuves dans le cadre de l’enquête sur les violences du 1er-Mai.

L’affaire Benalla connaît un nouveau front. A la suite d’une réquisition formulée par les juges d’instruction en charge de l’affaire Benalla, Médiapart a remis, lundi 4 février, sept enregistrements à la justice. L’un d’entre eux est inédit et a été enregistré le 26 juillet 2018 entre l’ancien chargé de mission de l’Elysée et Vincent Crase, ex-responsable de la sécurité du parti La République en marche.

Ce jour-là, les deux hommes se rencontrent à Paris pour visionner en direct la deuxième audition d’Alain Gibelin, le directeur de l’ordre public à la préfecture de police de Paris, devant la commission d’enquête de l’Assemblée nationale. Durant cet échange, les deux hommes, qui violent alors leur contrôle judiciaire, discutent d’effacer tout document compromettant de leurs téléphones.

“Chez les flics, ils ont pas pu regarder mon téléphone parce que je l’éteignais et je le rallumais à chaque fois.” Vincent Crase, ancien responsable de la sécurité de LREM dans un enregistrement

“Franchement, les trois flics n’étaient pas contre moi, loin de là même, le major qui a tenu l’enquête me disait que ça le faisait vraiment chier de faire ça”, reprend notamment Vincent Crase dans cet enregistrement.

Source francetvinfo.fr – lire la suite de l’article

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

©2019 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account