Ce média est le vôtre : vous aussi, proposez un article à l'équipe du Média pour Tous !

Alors que la cagnotte du boxeur Christophe Dettinger, le héros de l’Acte VIII, a été bloquée en pleine croissance, le dernier chiffre en date approchant les 117 000 euros en seulement 48 heures, une cagnotte a surgi opportunément sur le même site Leetchi mais pour la partie « adverse », celle des gendarmes.

Le boxeur qui avait affronté à mains nues plusieurs gendarmes le samedi 5 janvier est passé le mercredi 9 janvier en comparution immédiate (la justice est parfois rapide). Il a aussitôt été placé en détention préventive jusqu’à son procès fixé par le juge au 13 février. Le Gilet jaune risque sept ans de prison ferme et 100 000 euros d’amende pour « violences volontaires en réunion sur personne dépositaire de l’autorité publique ». Un des gendarmes s’est vu prescrire 15 jours d’ITT.

Un internaute a eu l’idée de filmer en temps réel l’augmentation de « la cagnotte des FDO » (forces de l’ordre) et le moins qu’on puisse dire, c’est que la croissance y est très régulière, voire arithmétiquement régulière. D’après la vidéo, 20 euros de dons tombent en moyenne toutes les 4 secondes. La hausse semble régie par un métronome. De là à imaginer une cagnotte nourrie artificiellement pour faire contrepoids à l’immense élan de générosité populaire qui a rempli la cagnotte du boxeur…

La cagnotte du « Gitan de Massy » a fait couler beaucoup d’encre et la polémique a enflé : un homme qui a frappé un gendarme à terre a-t-il le droit moral de toucher de l’argent, même si la cagnotte est organisée par un proche et destinée à un défenseur ? Réciproquement, les forces de l’ordre qui n’ont pas été avares de violences depuis le début du mouvement des Gilets jaunes ont-elles elles également le droit moral de toucher de l’argent ?

Deux poids (lourds), deux mesures

Il s’avère que le code de déontologie de la police nationale et de la gendarmerie nationale entré en vigueur le 1er janvier 2014 concernant la « probité » (Article R. 434-9) stipule que :

Le policier ou le gendarme exerce ses fonctions avec probité. Il ne se prévaut pas de sa qualité pour en tirer un avantage personnel et n’utilise pas à des fins étrangères à sa mission les informations dont il a connaissance dans le cadre de ses fonctions. Il n’accepte aucun avantage ni aucun présent directement ou indirectement lié à ses fonctions ou qu’il se verrait proposer au motif, réel ou supposé, d’une décision prise ou dans l’espoir d’une décision à prendre. Il n’accorde aucun avantage pour des raisons d’ordre privé.

L’avant-dernier item pose un problème évident : les gendarmes ne peuvent accepter aucun avantage ni présent liés à leur fonction. Leur cagnotte tombe selon toute vraisemblance dans l’illégalité. Cependant, le code de déontologie, qui est avant tout moral (les journalistes enfreignent souvent le leur), a-t-il force de loi ? Oui selon Wikipédia qui rappelle l’historique de ce code.

Ainsi, pendant que la secrétaire d’Etat en charge de la Lutte contre les discriminations Marlène Schiappa assimilait le 9 janvier le soutien financier de Dettinger à une « complicité », des membres du ministère de l’Intérieur et à plus forte raison de l’Etat constituaient une cagnotte anti-Dettinger en toute illégalité.

«Il est souhaitable effectivement de savoir qui a donné à cette cagnotte, parce que je crois que c’est une forme de complicité. On a là quelqu’un qui a commis des faits très graves, qui a frappé un policier dans l’exercice de ses fonctions, qui était en train de maintenir l’ordre public, c’est gravissime. Soutenir cela, c’est être complice de cet acte et c’est l’encourager.»

Si madame Schiappa qualifie la cagnotte au profit de Dettinger d’illégale, comment qualifiera-t-elle la cagnotte des gendarmes qui entre en conflit avec leur code de déontologie ?

Eric Drouet, figure emblématique des Gilets jaunes, qui n’a frappé personne, a lancé lui aussi une cagnotte – 100% légale celle-là – pour soutenir les Gilets jaunes blessés, qui sont déjà 1500. Blessés par les FDO, les forces de l’ordre. De ce côté ci de la justice, toujours pas de comparution immédiate en vue.

Alors que le bruit d’une cagnotte illégale enflait dangereusement sur les réseaux sociaux, aussitôt, Francetvinfo le site en ligne des rédactions couplées de France télévisions et Radio France, sortait de son chapeau Laurent-Franck Liénard, un « avocat spécialisé dans la défense des forces de l’ordre ». Un choix journalistique étonnant qui inspire tout sauf l’impartialité.

Selon Liénard, la cagnotte serait légale car « elle a été lancée par un député, il n’y a aucun souci. » Ce député (européen) n’est autre que le président Les Républicains de la région PACA Renaud Muselier. Alors que l’argument équivalent est refusé aux proches de Christophe Dettinger pour des raisons « morales », le voilà qui fonctionne pour la partie adverse.

« Ensuite, l’association fera ce qu’elle voudra de l’argent. Lors du versement, le député pourra toutefois soumettre la remise à une condition d’utilisation. »

Après la société écran, la personnalité écran. Le subterfuge est gros, mais il passe. Le pouvoir a tous les droits, même celui de les contourner.

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
BBRO Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
Notifier de
BBRO
Membre
BBRO

Merci pour cette enquête, super article !

©2019 LeMediaPourTous.fr est un site de ré-information dirigé par Vincent LAPIERRE et financé par VOUS, quand même ! | Mentions légales | Plan du site

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account